HUMEUR DE CITOYENS

Pour des internautes qui ont envie de s’exprimer

 

Maison des jeunes et de la culture 17 décembre, 2009

Classé dans : Non classé — saintmarcel26320 @ 16:57

Quoi de plus émouvant qu’une assemblée générale de
la MJC de St Marcel 
  ?  

.politesses009.jpg

L

es rapports s’enchainent ainsi que les votes, qui, à quelques exceptions près sont adoptés à de très larges majorités ou à l’unanimité.

Pourquoi voudriez-vous entacher la soirée par les problèmes de locaux  trop exigus ?( au point que cette maison prend l’allure d’un « siège social », où se traite principalement l’administration Une grande part des activités est dispersée au gré de la disponibilité de divers locaux  (salle de danse, salle des fêtes, Thodure, etc..). Au fil du temps, malgré l’attention que lui prodigue le personnel communal l’entretien de cette maison n’est pas à la hauteur des besoins: Des vitres étoilées par les jets de pierre attendent leur réparation, l’éclairage mérite plus qu’un lifting. (Sans parler de l’éclairage du parc)

Bref, des problèmes qui n’ont pas leur place en amont ou en aval du concert de remerciements caractéristique de cette AG.

La bibliothèque se municipalise sous l’impulsion des bénévoles qui l’animaient dans le cadre de
la MJC. Cette séparation de
la MJC fut un accouchement difficile, mais ce qui est rapporté du déroulement de cette séparation évoque une partie de plaisir ! Comme si des maladresses commises ne le furent que pour s’amuser !

La directrice du centre de loisirs évoque des problèmes de nourriture, et le mode d’inscription des familles qui rendent l’organisation du centre difficiles.

es rapports ne tarissent pas d’éloge vis-à-vis de leur bailleur de fond (la municipalité) !

Ça a sûrement fait chaud au cœur de Mr le maire qui ne fut pas non plus chiche de remerciements vis-à-vis des professionnels, des bénévoles et suivant la formule consacrée «de tous ceux qu’il aurait oublié ! ».Soufflera-t-il l’idée de quelques décorations à attribuer par son adjointe en charge de cette distribution, absente de cette réunion et excusée pour cause de « rôtie de châtaigne » dans une autre association.

Au-delà des membres du CA, du moins ceux qui avaient pu ou cru devoir se libérer pour l’occasion et de quelques professionnels de
la MJC  au total une quarantaine de personnes suivaient attentivement les débats et prenaient parfois la parole pour quelques remarques pas forcement révolutionnaires (mais qu’aurait-on fait d’idées révolutionnaires ?). Pas vraiment d’idées innovantes semblent sortir de cette assemblé, mais les héros sont fatigués ! les ans pèsent sur les épaules de nos responsables ! Pourquoi innoverait-on sachant qu’on ne change pas une équipe qui gagne.

ue demander de plus aux quelques les 7% d’adhérents qui s’étaient déplacés ou fait représenté) ce soir là pour assister  à cette AG ? Ils méritaient bien un morceau de tarte et un verre de cidre, dussions nous pour l’occasion féliciter le pâtissier, remercier le fabriquant de cidre et toutes celles et ceux que j’oublie. 

Pour ceux qui auraient pu se laisser aller à évoquer quelque problème, à voir quelques pistes où il serait possible de faire mieux, notre présidente a consacré 3 paragraphes aux remerciements.

Notre secrétaire  (pour la crédibilité du rapport d’activité ?) a bien noté quelques points à améliorer mais nul n’est parfait.

N 

otre cher trésorier  avec la tache ingrate du rapport financier, qui commençait par l’indication d’un déficit (qui n’en est pas un !) termine son intervention par le dernier paragraphe qui débute comme il se doit par des remerciements.

Politesse

 Remerciements, sincères félicitations ont coulé à flot pour cette soirée.

Et dommage pour les + de  90 % d’adhérents absents qui ont été privés de tous ces remerciements.

Je ne saurais conclure, sans remercier tous ceux qui auront la patience de me lire.

 

 

Communauté d’agglomérations 5 décembre, 2009

Classé dans : Non classé — saintmarcel26320 @ 17:28

 

              Certain d’entre nous ont répondu à l’invitation du conseil municipal de ce Mardi 2 décembre où l’intercommunalité en une leçon nous fut administrée par le maire et deux adjoints possédant  manifestement leur sujet. 

 

 maire.jpg

 

                                     De cette magistrale démonstration il ne restera pour la plupart d’entre nous que quelques très vagues notions d’un « machin » compliqué à souhait, d’où la démocratie s’efface derrière un rideau de fumée. 

Il émerge de ce brouillard que les recettes de fonctionnement jadis majoritairement assumées par les entreprises seront désormais à la charge des ménages, et que les pouvoirs de décision s’éloignent du citoyen dans une gestion aussi dispersée qu’opaque. 

 

 

 

conseil municipal à St Marcel le 8/10/09 14 octobre, 2009

Classé dans : Non classé — saintmarcel26320 @ 14:32

Votes unanimes Contrairement à ce que l’on aurait pu croire ce dessin paru dans le « Canard » n’évoque en aucun cas l’exemplarité des votes du conseil municipal de St Marcel où toutes les décisions sont prises à l’unanimité.

Même qu’au cours du dernier conseil municipal le simple oubli de soumettre une décision au vote n’aurait peut-être pas empêché que le compte rendu de ce conseil fasse état d’une adoption de la dite décision par un vote à l’unanimité.

Cette erreur humaine toujours possible a été évitée par la brusque remarque d’un conseiller d’opposition.

Et si après ça de mauvaises langues colportaient qu’à St Marcel l’opposition ne justifie pas son qualificatif à tous les conseils, ce serait pure calomnie.

Sachant que le travail est fait en commission (pour l’instant municipale, et peut-être ultérieurement intercommunale) par des conseillers qui étudient les problèmes avec sérieux, le déroulement du conseil est plus une formalité légale semblable à un spectacle offert à la population qu’un lieu de débat.

Peut-être un éminent adjoint arrivé à 20h30 pour un conseil commencé à 20h aurait-il put s’absenter pour une cause ou une autre s’il n’avait été chargé de faire une communication sur les égouts, il a assuré à ses collègues conseillers que s’il y avait un problème de niveau, ce qui convenons en est important pour les égouts, ses connaissances sur le maniement d’appareils topographiques lui permettrait de vérifier les niveaux.

Là encore la preuve fut donnée s’il en était besoin du dévouement de cet adjoint. Au risque de froisser sa modestie citons pour mémoire Monsieur Robin. Il n’a pas hésité afficher au mur (avec les moyens du bord) un plan qui à défaut d’être visible était un support pédagogique de choix, on ne peut évidemment pas tout savoir. Savoir se servir d’une lunette topographique n’implique pas de connaître l’utilisation d’un rétroprojecteur, (fut-il en place) ou d’un ordinateur qui était également installé.

Pour voir le compte rendu de ce conseil le site internet vous renseigne.

 

 

Intercommunalité et Saint Marcel 13 octobre, 2009

Classé dans : Non classé — saintmarcel26320 @ 15:22

Voir à l’adresse suivante :

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/8928/Saint-Marcel-de-Paris.html  je cite : « ………..Son martyre : le Saint est enterré vivant, les mains liées, prés des arbres auxquels on l’a attaché auparavant pour disloquer ses membres. »………………… 

De qui s’agit-il ? de St Marcel Bien sûr ! il y a foule dans les « Marcel » qui furent canonisés, notre village a été baptisé en mémoire de l’un d’eux, je ne sais lequel !

Le saint dont je parle fut diacre à Chalons, martyrisé en l’an 177 enterré vivant, les mains liées, prés des arbres auxquels on l’a attaché auparavant pour disloquer ses membres. 

L’histoire se répète dit-on. 

Notre village est vivant comme le fut Marcel le diacre de Chalons, l’intercommunalité va-t-elle enterrer

vivant notre village ?  

Les mains seront-elles liées ?

Si nos conseillers municipaux peuvent être comparés à des mains (en l’occurr ence les mains de feu le saint homme)ces mains seront-elles liées par des décisions prises ailleurs par d’autres ?

 

En réunion 

Les membres de ce conseil seront-ils disloqués ?   Rapporté au conseil municipal, si l’on en juge par la dispersion des conseillers, au sein de doctes assemblées, toutes plus intercommunales les unes que les autres, il s’agit peut-être d’une dislocation.

Si nos élus confondaient la confiance (ou la « gouvernance ») qui leur est accordée par leur investiture avec la démocratie, alors il y aurait en effet le risque pour eux, avec l’intention d’être efficace, de travailler dans ce que certains appellent la discrétion, qui se confond très vite avec l’opacité.

Il appartient au citoyen de base, (« France d’en bas » que nous sommes) ou du sommet (tel que sont nos élus) d’être curieux du fonctionnement de ces doctes assemblées de nous faire au besoin traduire le patois politique dont ils s’entourent et de les veiller sur leurs décisions avec «bravitude» !

Même si on ne comprend pas toutes les subtilités de l’actions, de résister à leurs charmes pour que les « pauvres c….. » que nous sommes (suivant la boutade d’un omni président : « Casse toi pauvre con » ne soient réduits au seul rôle d’électeur-contribuable.

Ps Il ne faut pas parler d’intercommunalité, la terminologie se décline en « intercom ». Et de communauté d’agglomération on passe en « communauté d’aglo à aglo (*1) ». Comme disait V Hugo : Ces choses sont un peu rudes, il faut pour les comprendre avoir fait des études »

*(1) Jadis les maçons désignaient sous le nom d’aglo des parpains en béton !

 

 

Nos paysages un capital à ne pas gaspiller 12 septembre, 2009

Classé dans : Non classé — saintmarcel26320 @ 17:27

Zone de ROUSSET,

                                  Le dictionaire larousse donne pour le mot « zone » la définition suivante: Surface quelquonque, portion de territoire.

Les Monts du matins

Ce terme de zone n’est pas des plus poétique, mais ce lieu est plus directement dédié à l’instalation d’artisants qui ne font pas tous dans la poésie.

Voilà que commerce et artisanat se décline en enseignes toutes,si possible plus grandes les unes que les autres et à ce jeux là, le paysage des monts du matin qui mérite le coup d’oeuil disparait derrière les boutiques de nos artisants ou industriels qui ne se sont pas précisement préocupés d’architecture esthétique.     Voilà une photo de ce que nous cache ces enseignes et ces batiments, peut-être réalisons nous que les efforts des pouvoirs publics chargés de délivrer les permis de construire ne se limitent pas d’une part à planter des vétaux décoratifs et d’autre part à être indiférents à l’enlaidissement d’autres lieux communaux où autrefois fleurirent des arbres fruitiers.

 

 

Si vous avez envie de participer, faites le savoir ! 17 mars, 2009

Classé dans : Démocratie,Non classé — saintmarcel26320 @ 10:10

 

blog033.jpg

              Après une campagne électorale où des électeurs ont été   reçus avec courtoisie par les candidats, (et peut-être écoutés), le désir de « démocratie participative » a été exprimé par certains d’entre nous.                                       La démocratie participative se définit par une participation active du plus grand nombre de citoyens aux décisions municipales.                                                     Ce type de démocratie implique de prendre les électeurs pour des personnes responsables en leur donnant au besoin les moyens de l’être.  Exemples :                                     Proposer aux habitants des choix avant les prises de décision qui engagent l’avenir de la commune. Des options sur des choix importants : pas seulement la couleur de la peinture !              Etre à l’écoute des nouveaux besoins de la population en pensant que les économies financières ne doivent pas toujours  être un barrage qui rende infranchissable les réalisations jugées utiles par la population.   Vivre dans une communauté où la parole est donnée à tous.  Pratiquer une démocratie qui soit l’expression de l’intérêt général et non pas l’addition des intérêts particuliers.  Ne pas concentrer les pouvoirs de décision dans les mains d’une minorité.  

 

 

Les moutons et nous 13 mars, 2009

Classé dans : Non classé — saintmarcel26320 @ 19:08

        

 moutons.jpg

Dans une démocratie participative, les administrés ne sont pas comme des moutons passifs sous la direction du berger et des chiens

Les plus attentifs et pinailleurs auront découvert sur la photo le chien au milieu de notre troupeau.Ce chien, bien qu’à peine visible est important pour la conduite du troupeau.Dans notre village il y a des conseillers municipaux qui sont importants comme les chiens dans le troupeau.

Là s’arrête notre métaphore, les conseillers municipaux ne sont pas plus des chiens de berger que les St Marcellois ne sont des moutons.

A l’inverse de ces généreuses bêtes qui ne sont jamais consultées ni pour donner leur lait, leur laine, ou leur viande, nous sommes consultés, comme prévu par la loi, une fois tout les 6 ans pour élire nos conseillers. C’est peu me direz-vous !      Si vous avez des idées qui n’attendraient pas 6 ans ou des réactions à faire parvenir aux élus partageons-les dès maintenant sans attendre la prochaine campagne électorale.

 

 
 

Barjac Autrement |
Sema Kinaga ubaga Uskike |
Le Blog De La 5e |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour l'éveil de la jeunesse...
| mathieuerny
| DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...